Des remontées mécaniques à l’arrêt cet hiver à cause des hausses du prix de l’énergie ?

C’est ce que l’on peut craindre, car avec la multiplication du prix du mégawattheure par 20 plusieurs stations de ski remettent en question leur ouverture à la saison prochaine : l’année dernière celui-ci revenait à 55 euros environ, mais désormais le mégawattheure s’affiche entre 800 et 1 000 euros. En France, il y a environ 70% des stations qui renégocient leur contrat triennal avec les fournisseurs d’énergie cet automne.

Certaines stations bénéficient d’un répit car leur contrat de fourniture d’électricité ne sera revu que plus tard. Néanmoins pour les stations concernées, c’est un véritable problème car le coût de l’énergie qui représentait jusqu’alors 5% de leur chiffre d’affaire risque avec la hausse de grimper à 25%. L’équation économique ne tiendra alors plus pour certaines d’entres elles qui devraient alors renoncer à la saison d’hiver. C’est un réel problème car c’est tout un écosystème et des personnes qui vivent en montagne grâce au ski : moniteurs de ski, hôteliers, restaurateurs, une fermeture des remontées mécaniques aurait des conséquences dramatiques pour eux !

En Isère, il y a notamment 4 stations de ski qui sont concernées par le renouvellement de leur contrat de fourniture d’énergie : l’Alpes d’Huez, les Deux Alpes, Villard-de-Lans et le Collet d’Allevard.

Une réunion ministérielle le mardi 6 septembre doit se tenir dans le Ministère de la Transition Energétique avec des représentants des professionnels de la montagne, dont les Domaines skiables de France et l’Association nationale des maires des stations de montagne, celle-ci devra préciser les éventuelles aides, éventuelles concessions que chaque partie devra mettre en place (réduire des heures d’ouverture des remontées, arrêter le ski nocturne, etc). Avec l’espoir pour les professionnels de la montagne d’un bouclier tarifaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.